Navigation – Plan du site
Fictions Économiques

Dantès, La Chute d’un trader : un exemple de représentation du trader dans la bande dessinée

Sylvie Martin-Mercier

Résumé

La chute d’un trader, premier épisode de la série Dantès, de P. Boisserie, P. Guillaume et E. Juszezak propose une représentation riche et complexe du trader, cas encore rare dans la bande dessinée financière. L’étude de l’aspect physique et vestimentaire du protagoniste et des personnages qui l’entourent, l’observation de sa pratique professionnelle, notamment à travers le lexique ainsi que l’analyse des lieux et décors dans lesquels il évolue, permettront de mettre en lumière la vraisemblance de la représentation mais aussi l’ambigüité de ce personnage de fiction qui a su séduire tant les professionnels de la finance que le grand public.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une nouvelle saison a été lancée avec un septième tome, Poison d’ébène, sorti en septembre 2013 et (...)
  • 2 Jeune trader de 24 ans, d’origine modeste, Nick Leeson intervient sur le marché des produits dérivé (...)

1Pendant l’été 2007, le quotidien financier français Les Échos pré-publie la bande dessinée Dantès, La Chute d’un trader avant sa sortie en album aux éditions Dargaud au mois de septembre de la même année. Le scénario de cette série de six albums1 de 54 planches est coécrit par Pierre Boisserie et Philippe Guillaume, journaliste spécialisé dans le domaine financier. Les auteurs revendiquent comme source d’inspiration Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas ainsi que l’affaire Leeson et la chute de la Barings en 1995 qui ont fourni à Pierre Boisserie l’idée de ces aventures2. Le trait précis et réaliste d’Erik Juszezak donne vie à Alexandre, jeune trader s’exposant dangereusement sur le MATIF, dans le cadre d’une incroyable manipulation qui implique son entourage professionnel, son meilleur ami et collègue ainsi qu’un client. Cette manœuvre frauduleuse et criminelle provoque la faillite de sa banque et masque des enrichissements personnels et financements occultes de partis politiques. Devenu Christopher Dantès après avoir été défiguré lors d’une évasion rocambolesque, Alexandre met en œuvre une vengeance implacable menant à leur perte les acteurs du complot.

  • 3 Jean Van Hamme, Philippe Franck, Largo Winch, 18 tomes à ce jour, Dupuis, 1990. Un dix-neuvième tom (...)
  • 4 Stephen Desberg, Bernard Vrancken, IR$, 14 tomes, 1991-2012, Le Lombard.
  • 5 Stephen Desberg, Dominique Hé, Secrets bancaires, 8 tomes, 2006-2009, Glénat.
  • 6 Richard Malka, Andrea Mutti, Section financière, 4 tomes, 2006-2009, Vents d’Ouest.
  • 7 En 1999, Michel Petit définit les ouvrages relevant de la FASP (Fiction à substrat professionnel) c (...)
  • 8 Quelques épisodes de Secrets bancaires et de Section financière se déroulent en France. Entre janvi (...)
  • 9 Philippe Sabbah, Tristan Roulot, Patrick Hénaff, Hedge Fund. Des hommes d’argent, Paris, Le Lombard (...)

2Cette série n’est pas la première bande dessinée financière de l’univers franco-belge : qu’il nous suffise de citer Largo Winch3, IR$4, Secrets bancaires5 ou Section financière6 parmi celles qui l’ont précédée. Cependant, elle se distingue de celles-ci par son inscription dans le contexte de la finance française, cas rare dans les fictions à substrat professionnel, telles que définies par Michel Petit7, qui s’intéressent davantage aux milieux anglo-saxons8. Par ailleurs, elle est une des rares œuvres à mettre en scène avec un parti pris de vraisemblance de vrais métiers de la finance9 : le milieu boursier parisien fonctionne comme véritable substrat et non comme simple cadre ou prétexte. Cette vraisemblance, dans ce qui reste néanmoins une œuvre de fiction, a été rendue possible grâce aux connaissances du coscénariste, ainsi que Pierre Boisserie le souligne dans une interview :

Philippe Guillaume […] m’a donné des indications sur ce qui n’allait pas et ce qui était impossible dans l’histoire. Après, en fonction des scènes que je voulais faire, des personnages, des lieux, il me donnait les indications techniques pour que je les intègre à mon récit. J’avais aussi besoin d’une vérité historique, des pratiques de la bourse de cette époque-là, du mode de fonctionnement du marché pour faire fonctionner au plus près du réel mon intrigue, de la rendre réaliste tout en préservant le côté romanesque. (Richard, 2008).

3Nous nous proposons d’analyser l’image du trader, en suivant le protagoniste et son entourage, pour voir comment il est construit en tant que personnage, du point de vue physique, dans sa pratique professionnelle et dans son environnement socioprofessionnel. Cela nous conduira à nous interroger sur la représentation de cette profession dont l’image s’est fortement dégradée à la suite de différents scandales, dans une bande dessinée qui s’adresse au grand public mais aussi à un lectorat spécialiste du secteur financier. Il s’agira de voir ce que l’aspect physique et vestimentaire, le discours mais aussi les décors dans lesquels évoluent ces personnages peuvent révéler de cette profession et du statut socioprofessionnel des traders.

  • 10 Cette série comporte ainsi des liens évidents avec le roman d’aventures. Voir Matthieu Letourneux, (...)
  • 11 Cet article est né d’une communication présentée lors d’une journée d’études intitulée La fiction à (...)

4Notre étude portera essentiellement sur le premier tome, qui fait une large place au trader et aux activités boursières, les tomes suivants se focalisant sur la vengeance10. Ce premier volume s’ouvre en 2000 sur le Gala du Millénaire de la finance, auquel participe, au grand étonnement de tous, Christopher Dantès mais, dès la troisième planche, un flash back nous ramène douze ans en arrière. En 1988, Alexandre est un tout jeune trader à qui l’on propose d’intervenir sur le MATIF, en lui assignant des fonctions de front et back office, au mépris des règles déontologiques. Amené à prendre des positions hasardeuses engendrant des pertes énormes qu’il ne peut couvrir, au terme d’une machination machiavélique, il sera accusé du meurtre de Sancier, son supérieur qui essayait de le disculper11.

L’image du trader

  • 12 Peu d’études ont été consacrées en France à la fiction des affaires ou business fiction. Ces études (...)

5S’il n’existe pas de traits physiques distincts liés à cette activité, quelques indices sont exploitables pour identifier les personnages appartenant au monde de la finance. Dans ce premier album, un personnage apparaît dès la couverture, élément fondamental dans la bande dessinée, péritexte souvent déterminant dans le choix de l’album par le lecteur. Ce personnage, dont on peut d’emblée supposer qu’il sera l’un des protagonistes, est blond, habillé selon les clichés du financier américain, avec bretelles et cravate, mais ses manches de chemise sont retroussées, sa cravate est desserrée, son air accablé, et sa tête baissée cache en partie son visage. À ses pieds une mallette ouverte laisse entrevoir des listings tandis que derrière lui s’élève la Bourse de Paris. Ces premiers éléments sont potentiellement révélateurs d’une profession liée à la finance. Le corps d’un homme couché sur le sol, abattu de deux projectiles, complète le tableau. Tous les ingrédients du thriller financier sont réunis12. Pourtant sur la première planche, un personnage très différent, brun et sans lunettes, retient l’attention, alors que la révélation de son visage est progressive et retardée. Le lecteur n’établit pas forcément un lien entre les deux hommes et doit attendre que ce personnage, Christopher Dantès, prononce le nom d’Alexandre pour comprendre qu’il s’agit d’une seule et même personne tant il est difficile de reconnaître dans cet homme en queue de pie le jeune trader qu’un flash back va projeter sur le devant de la scène. En effet, le personnage présent sur la couverture revient dans la troisième planche, son prénom est immédiatement proféré par une voix off tandis que son nom patronymique ne sera jamais révélé, contrairement à celui des autres personnages, de multiples stratégies langagières et graphiques étant exploitées pour taire son nom. Il est blond, le teint pâle, les cheveux en bataille, avec de grandes lunettes qui lui donnent un air adolescent. La jeunesse des traders protagonistes de cette aventure, et d’Alexandre en premier lieu, correspond à l’échelle des carrières dans la profession, les plus âgés occupant les postes de direction ou d’encadrement.

6Convoqué par le directeur de la banque, il passe par les toilettes pour se rajuster, un collègue lui ayant fait remarquer qu’il semble sortir d’un sèche-linge. Il se présente les manches retroussées, alors que ses collègues et supérieurs portent des vestes impeccablement boutonnées, et dénote d’emblée dans cet univers très formel. Sa tenue quelque peu négligée, associée à un bureau mal rangé, peut être décryptée à ce moment comme le signe d’une activité intense ou, au contraire, d’un certain laisser-aller. Son ami et futur collègue Thierry Minez est quant à lui un brun ténébreux, dont les cheveux à la coupe dégradée sont volontiers décoiffés ; d’emblée représenté à son bureau devant son ordinateur, il correspond davantage à l’image du trader véhiculée par l’imaginaire populaire.

7Nous trouvons des traits distinctifs, marqueurs de la profession, dans la tenue vestimentaire et les accessoires. Dans les professions liées à la banque, fortement influencées par la culture anglo-saxonne, existe généralement un code vestimentaire (ou dress code) écrit ou tacite qui « n’est pas simplement le reflet de la culture de l’entreprise mais aussi une matrice normative de comportements, de modes d’action et de pensée. Il s’agit alors de comprendre en quoi le code vestimentaire permet à la fois de décoder une organisation et d’écarter des comportements et catégories de pensée inadéquats pour cette organisation. Le code est donc en même temps une clé de décryptage et de cryptage des collaborateurs. » (Pelletier). Quand Alexandre est promu au MATIF, sa tenue évolue, réalisant cette opération de cryptage : apparaissent les bretelles, typiques des financiers américains, que portent aussi plusieurs traders présents à la Bourse dans ce premier tome. Cette bande dessinée révèle le paradoxe de codes qui souvent ne sont que pure apparence : en dernière analyse, les hommes les plus honnêtes seront ceux qui n’adhéraient pas au code vestimentaire du groupe auxquels ils étaient censés appartenir.

8Ainsi que le révèlent de multiples vignettes, ces traders sortent fréquemment le soir avec les vêtements portés pendant la journée, ce qui signifie implicitement qu’ils travaillent tard et passent directement du bureau à la boîte de nuit pour libérer leur stress. Le dimanche, Alexandre adopte un style casual plutôt classique : chemise, pull col rond et veste sur un jean, des chaussures marron peu admises au travail complétant la tenue.

  • 13 Le dress code UBS a été mis en ligne sur le site du journal suisse Le Temps et est consultable à l’ (...)

9Plusieurs personnages sont marqués dès le premier épisode par la couleur distinctive de leurs vêtements. Ainsi Jean Saint-Hubert, qui se définit comme étant « vieille France », est généralement en bleu cobalt. « Les couleurs anthracite foncé, noir et bleu foncé symbolisent la compétence, le formalisme et le sérieux. » précise le dress code UBS cité par Pelletier13. Directeur de la banque, Saint-Hubert est le seul à porter une veste croisée, tacitement réservée aux seniors. Douze ans plus tard, devenu directeur de cabinet du ministre des Finances, il se rend au gala avec le même type de costume, signe probable de sa volonté de rester fidèle aux traditions, au passé. Alexandre et Sancier, responsable du contrôle interne, portent tous deux des couleurs passe-partout. Sancier dénote parmi ces hommes : responsable back office, au physique plus ingrat, il est le seul à arborer la moustache, à porter des tenues moins élégantes, ce qui le fait – à tort – considérer initialement comme un homme rigide et un ennemi probable du jeune trader.

10Alexandre évolue dans un milieu relativement homogène, et la vraisemblance est respectée : les figurants sont des opérateurs de marché, portant sur le parquet des vestes au nom de leur banque ou des costumes-cravate ; devant la Bourse circulent de nombreux personnages en costume croisé tandis que les hommes de main, dealers et marchands d’armes russes aux tenues de mafieux ou mauvais garçons composent le groupe des personnages secondaires.

11Nombreux sont les personnages masculins et féminins, protagonistes et seconds rôles aux cheveux blonds qu’il s’agisse d’Alexandre, de Marion, Cathy, Saint-Hubert ou de la journaliste Lucie Mondran, avec exploitation d’un effet de parallélisme et de contraste signifiant : si Marion, la compagne du blond Alexandre, est blonde elle aussi, Sarah, une très belle femme à la chevelure d’ébène, aidera un Christopher Dantès aux cheveux noirs à accomplir sa vengeance. Des personnages issus de l’immigration sont présents dans les scènes à la Bourse, notamment des profils asiatiques, mais le seul homme noir que l’on voit est un homme de main ; toutefois, ce sera Isaac, jeune homme originaire d’un pays africain non cité, informaticien génial, qui apportera une aide inestimable à Dantès.

12Dans cet univers essentiellement masculin, reflet du sexisme caractérisant le monde de la finance, les femmes sont souvent cantonnées aux seconds rôles, assumant dans la banque une fonction non précisée comme Marion, la compagne d’Alexandre, ou peu explicitée comme Cathy, son assistante back/middle office, et si elles sont rares dans les couloirs de la banque, aucune n’apparaît à la Bourse. L’exception notable est constituée par Mlle Fontaine qui réalise l’audit fatal. Mais il ne saurait être question de misogynie chez les auteurs : une jeune journaliste révèle le complot, une femme magistrat fait preuve de clémence, Marion bien que sous l’emprise de l’alcool et des antidépresseurs s’occupe des années durant de la sœur d’Alexandre sans rien attendre en retour. Ainsi que cela a été souligné par quelques lecteurs ou critiques, plusieurs femmes se ressemblent ; par exemple la mère et la sœur d’Alexandre mais aussi la journaliste Lucie Mondran ont des physionomies et des coupes de cheveux similaires. Les tailleurs-jupe sont de rigueur, même si étonnamment les jupes sont ici bien plus courtes que ce qu’imposent généralement les codes vestimentaires des banques. Sylvie Fontaine, seule femme occupant de hautes fonctions dans cette aventure, auditrice mais aussi dealeuse à ses heures et adepte des soirées sado-maso, est systématiquement associée à la couleur rouge : les cheveux teints avec deux nuances de gris, vêtue de rouge même lorsqu’elle sera incarcérée, elle roule dans un coupé rouge flamboyant et sera qualifiée indirectement de « diable ». Elle exhibe des tenues très voyantes, en lien avec sa réputation de croqueuse d’hommes. La mère et surtout la sœur d’Alexandre, handicapée, constituent un contre-point aux femmes frivoles et sexy qui dansent en boîte de nuit ou sur lesquelles les hommes se retournent dans la rue et ancrent Alexandre dans une réalité plus concrète et prosaïque. Les femmes dont Alexandre s’entoure correspondent davantage à des images de « normalité ». Son assistante se fait discrète avec des chemisiers très stricts à lavallière, des couleurs pâles, des cheveux retenus en catogan et non avec une coupe carrée structurée, ce qui la rapproche de Sancier. Les professions du back office, qui ne sont pas au contact du public, n’imposent pas les mêmes règles vestimentaires.

13Quelques objets symboliques viennent compléter la caractérisation des personnages, marquant l’appartenance aux catégories socioprofessionnelles supérieures : une montre en or qui dépasse discrètement du poignet de Saint-Hubert, le gros cigare de son interlocuteur dont on nous cache le visage mais que le lecteur attentif identifie grâce à son costume. Les voitures sont aussi des signes de réussite privilégiés : limousine, coupé, Porsche, Mercedes et Rover sont exhibés tandis qu’Alexandre garde une vieille 205 Peugeot à deux portes grise. Il conserve, même dans la réussite financière, une distance certaine et salutaire par rapport aux signes extérieurs de richesse : cette voiture bas de gamme le place en marge, tout comme ses vêtements plus discrets, souvenir probable d’une jeunesse vécue dans une HLM (Habitation à loyer modéré) de Clamart, en région parisienne, le soutien financier qu’il apporte à sa mère et sa sœur l’obligeant certainement à limiter ses dépenses. Dans son article, Jean-Pierre Hassoun évoque précisément ces nouveaux profils de traders du début des années 1990, issus des cités de banlieue et, pour certains, de l’immigration (Hassoun, 2000).

14Alexandre n’est pas une figure stéréotypée voire caricaturée du golden boy tel qu’il apparaît dans de nombreux films et romans. Contrairement à Thierry Minez, ami d’enfance issu du même milieu mais qui se pare des signes extérieurs de sa nouvelle position, les étalant outrancièrement dans les volumes suivants, Alexandre n’exhibe aucun signe de richesse, ainsi ses loisirs sont-ils modestes, entre course à pied, musique et cinéma, mais il possède assez de marques de la profession pour être identifiable et crédible dans sa fonction : il est notamment le seul que l’on voit s’informer par la presse spécialisée. Les Échos qu’il lit au café constituent une des rares références culturelles au domaine financier visibles, pouvant être décryptée sur trois niveaux : un clin d’œil aux premiers lecteurs de cette bande dessinée que furent les lecteurs des Échos par ailleurs lecteurs des articles spécialisés du coscénariste ; un signe de connivence pour le lecteur de bande dessinée lisant aussi la presse financière ; une référence pour le lecteur non-initié aidé par le sous-titre, Le quotidien de l’économie.

Le personnage en action : l’activité professionnelle et sociale

15Alexandre possède, avec toutefois des limites qui l’humanisent, les qualités qui caractérisent les traders, dont Jean-Pierre Hassoun précise qu’elles sont « […] aussi bien physiques (être debout de longues heures, crier fort, se faire remarquer par les autres) que relationnelles (disposer d’un certain charisme, « être bien » avec tout le monde, pouvoir et savoir assumer une sociabilité exclusivement masculine) ou mentales […]. » Il exerce son métier en deux lieux, à la Bourse pour ses fonctions de front office et dans son bureau au siège de la BGCI pour ses responsabilités back office.

  • 14 Erik Juszezak s’est exprimé à plusieurs reprises sur ses recherches pour rendre avec grande justess (...)
  • 15 Les traders tendaient plutôt à dire « j’ai ».

16À la Bourse, l’activité d’Alexandre est frénétique, entre les relations téléphoniques avec ses clients, les ordres donnés aux négociateurs sur le parquet, les écrans à surveiller, à l’image de ce qu’on pouvait voir avant la dématérialisation des échanges. Son collègue Minez étant pour le moins peu enclin à travailler ou à exécuter les ordres, il est obligé de descendre sur le parquet à plusieurs reprises : les cris et la tension sont rendus en trois vignettes étroites et étirées verticalement, qui opèrent un zoom se terminant en très gros plan sur la partie droite de son visage, et comportent la réitération à trois reprises de l’ordre « Je vends »14. Ces vignettes sont précédées d’une vignette horizontale encadrant dans un plan très rapproché Alexandre et Minez qui crient ensemble, dans une seule bulle, « je vends »15. Le « Dong » de la cloche clôturant la séance mettra fin à cette scène de stress intense, mais la résistance physique et nerveuse d’Alexandre n’est pas sans faille et il court vomir aux toilettes, s’attirant les sarcasmes de son collègue.

Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak

©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.

  • 16 Les auteurs fournissent aux lecteurs non-initiés une définition du « compte d’erreur », qui est un (...)

17Si le lecteur découvre l’activité bien concrète des négociateurs sur le parquet, à un moment où les transactions n’avaient pas été entièrement informatisées, ce sont essentiellement des actions frauduleuses qui lui sont présentées. Les opérations qu’Alexandre effectue au niveau du back office relèvent bien vite toutes de la malversation : de l’attribution de pertes à un client de Minez, à la création d’un compte d’erreur16 qu’il ne pourra clôturer, en passant par des appels de fonds pour régler la Chambre de compensation. Ces opérations sont connues grâce aux échanges verbaux entre les personnages, destinés bien évidemment au lecteur qui a, dans la bande dessinée, la possibilité de relire un dialogue si la compréhension devait en être ardue. Ces transactions ne pouvant pas être restituées par les images, les dialogues se doivent d’être vraisemblables, de refléter des échanges que des professionnels pourraient avoir, d’être acceptables pour le lecteur initié à la finance, et suffisamment transparents pour les non-initiés. Ainsi que l’exprime Corinne Denoyelle « […] le dialogue est imitation de l’oral, il doit chercher à imiter les conversations et développer par conséquent un style oralisé, équilibre délicat entre l’aspect trivial que prend la langue orale dès qu’elle est couchée sur le papier et l’aspect peu naturel d’une langue trop écrite. » L’emploi du lexique spécialisé dans des proportions raisonnables permet de rendre crédibles ces scènes et de montrer les traders dans l’exercice « réel » de leur profession. Les termes spécialisés qui concernent les marchés apparaissent dans les dialogues, tels « MATIF », « marché obligataire », « marchés émergents » ; viennent ensuite les termes liés aux opérations comme le « service des opérations au MATIF », la « feuille de route », le « back office » et enfin les termes désignant les lieux où s’effectuent les changes : « la salle des marchés », le « parquet ». Toutefois les explicitations restent inexistantes dans le corps du texte et lorsqu’Alexandre demande à Marion à propos du MATIF « je ne sais pas si tu sais de quoi il s’agit », celle-ci répond sèchement qu’elle se tient au courant, interrompant toute velléité d’explication dans un nouveau signe de connivence au lecteur initié, tandis qu’un judicieux glossaire placé après la dernière planche vient au secours du lecteur novice.

18Des conversations techniques peuvent être difficiles à saisir pour qui n’est pas au fait des mécanismes boursiers et produits financiers, néanmoins la clarté des dialogues permet toujours au lecteur de comprendre que le trader est dans une position difficile, voire illégale. Le lecteur doit réussir à discriminer ce qui relève du fonctionnement normal des activités boursières de ce qui relève de la malversation. Il est alerté par les questions posées par le protagoniste étonné, « je serai à la fois responsable à la corbeille et au back-office ? » auxquelles font écho les remarques insistantes de Sancier : « Il a raison, Monsieur, comme je vous l’ai déjà fait remarquer, il n’est pas raisonnable de confier à la même personne les opérations de la corbeille et leur règlement. » qui renchérit : « Sachez que je n’approuve absolument pas ce montage pour le moins singulier. » Cathy met Alexandre en garde lors de certaines opérations telles que l’ouverture du compte d’erreur : « ce n’est pas très réglementaire. » Lorsque Bonnefond lui fournit des informations contradictoires sur l’état du marché et relevant du délit d’initié, le trader exprime timidement des réticences, « vous êtes sûr … c’est-à-dire que je ne sais pas si … », et ses pensées, « oh purée, je déteste ça », mettent le lecteur en garde.

19Alexandre pèche par excès de naïveté et de crédulité, et cela est accentué par le fait que toutes les manœuvres frauduleuses lui sont suggérées par son ami d’enfance. Paradoxalement on demande à ce trader capable de manier des sommes faramineuses d’accorder une confiance aveugle à un client qui affirme que ses « sources sont fiables », on exige de lui qu’il ne soit qu’un exécutant, « contentez-vous » de ne pas exercer d’opposition « sans vous poser de questions », et de ne pas s’inquiéter alors qu’il tombe dans la malversation financière car « tout ira bien ». Les promesses de soutien, « de toute façon je vous couvre » ou « n’hésitez pas à venir me voir en cas de problème », semblent suffire à le convaincre.

20Les formulations reflétant un certain paternalisme, avec probablement une visée infantilisante, sont fréquentes dans la bouche de Saint-Hubert qui abuse des « mon petit Alexandre », qualifiant le jeune homme de « charmant ». À la parole, il joint le geste, lui serrant la main, mettant sa main sur son bras ou posant simultanément une main sur l’épaule d’Alexandre et l’autre sur celle de Bonnefond qui se font face, pour sceller leur accord, sous son autorité prétendument bienveillante.

21La flatterie est couramment utilisée, Alexandre étant qualifié de « champion » et « trader vedette […] qui a explosé nos performances sur le marché à terme », puis viennent les promesses pour achever de le convaincre : « Vous n’aurez pas à le regretter tant sur le plan financier que professionnel. » Alexandre est à nouveau bien naïf : comment peut-il croire que Saint-Hubert, qui est d’emblée au courant de la nuit qu’il a passée au poste après une bagarre en boîte de nuit déclenchée par Minez, pourrait ne pas connaître les énormes pertes qu’il dissimule ?

22Les personnages sont caractérisés par le lexique et les registres langagiers qu’ils utilisent. Dans ce milieu éminemment masculin, s’il n’y a pas à proprement parler d’utilisation de surnoms, fréquente dans les milieux boursiers (Hassoun, 2000), les deux traders recourent volontiers à des diminutifs ou termes affectueux tels « Titi », « père Titi », « ma poule », « mon pote ». Un fantasme de toute-puissance, probablement accentué par les montées d’adrénaline, s’exprime à travers le langage, l’accumulation d’exclamations et une mise en avant du sujet (je ou nous) : « Le MATIF ! Rien que pour nous ! On va être les rois ! Yes ! », repris par « Le monde est à nous, tu veux dire ! » ou « J’assure comme une bête, non ? »

23Au fur et à mesure que l’étau se resserre, la tension se fait plus forte et est exprimée par le recours à un registre familier voire vulgaire, du « si je n’étais pas descendu sur le parquet, vous me foutiez dedans » au « sinon, on l’aura dans l’os et le p’tit père Sancier va pas nous rater. » Cette tension est par ailleurs rendue par le dessin des visages. Si Alexandre s’en tient à quelques « purée », « chiottes » ou « merde », Minez pourra être d’une vulgarité bien plus accentuée allant de pair avec un machisme certain. Il fait preuve d’une grande goujaterie : « Les filles étaient chaudes, mon vieux ! », insulte son ami en lui demandant de « [s]e trouver une nana pour [s]e faire s … ». En voyant Marion, il n’hésite pas à faire remarquer à voix haute qu’« [o]n dirait qu’ils se décident enfin à nous renouveler le mobilier ! », et de s’adresser directement à elle avec une remarque digne d’un adolescent : « Justement, mon copain et moi, on avait besoin d’une baby-sitter, c’est vous qui avez eu le poste ? » Alexandre se démarque une fois encore par sa courtoisie : « Excusez-le, mademoiselle, il n’a pas toute sa tête … […] Bonne journée, mademoiselle. »

24Si les deux traders se différencient sur les points évoqués, il en est un autre qu’ils surmontent différemment ; la fatigue est un des paramètres difficiles à gérer pour ces hommes ainsi que le fait remarquer Alexandre : « Je ne sais pas comment tu fais pour tenir mais moi, avec le boulot qu’on a, je ne peux plus sortir comme ça, tous les soirs. » Et la réponse de Minez est limpide : « De toute façon, j’ai ce qu’il faut pour tenir, si tu vois ce que je veux dire … Tu ferais bien de t’y mettre toi aussi. » Minez sera montré à plusieurs reprises en train d’acheter de la drogue, d’en proposer, voire d’arriver à la Bourse sous substances, se pinçant le nez après avoir sniffé de la cocaïne et osant un étonnant jeu de mots : « On va les défoncer », alors qu’il est lui-même « défoncé » selon l’expression familière consacrée.

Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak

©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.

25Aux stupéfiants s’ajoutent les cigarettes, une forte consommation d’alcool (des whiskies dès le matin) et des conquêtes féminines multiples. Très vite les stigmates de cette vie apparaissent sur son visage, qui prend un teint de plus en plus grisâtre. Ses addictions correspondent à des addictions réellement fréquentes chez les traders, révélées ces dernières années par différents témoignages de traders repentis. Aux yeux des lecteurs, cette addiction à la drogue semble être la cause des erreurs professionnelles de Thierry Minez, faisant ainsi peser sur lui une forte part de responsabilité dans la « chute » de son ami. Les lecteurs découvriront plus avant dans la série qu’en réalité cette addiction est instrumentalisée par des financiers sans scrupule pour mener à bien leur complot et cacher leur implication dans ces manœuvres criminelles. Face à cela, malgré les difficultés, Alexandre ne consomme que des cafés, reste fidèle à une femme et met fin aux sorties nocturnes.

26Il ressort de tout cela une étrange psychologie faite d’une grande réactivité, nécessaire pour agir au plus vite en fonction de l’évolution du marché, couplée à un comportement social entaché d’immaturité et d’exubérance qui fonctionne comme exutoire. Ce comportement est surtout repérable chez Minez, double négatif du protagoniste, vulgaire, fêtard, alors qu’Alexandre est très réservé et attaché à sa famille. Deux images fondamentalement différentes du trader nous sont ainsi données à lire.

Lieux et décors

  • 17 Dans les volumes suivants, les lieux de socialisation tels les grands restaurants comme Le Doyen et (...)

27La représentation des lieux où exercent et où se retrouvent les traders est essentielle pour établir la vraisemblance des personnages et des actions. La Chute d’un trader est composée sur une alternance entre lieux clos et lieux ouverts, avec des scènes d’extérieur urbain, limitées aux trottoirs et marches du palais Brongniart. Le cadre professionnel domine, réparti entre banque et Bourse, généralement révélé par touches successives ; viennent ensuite les lieux dédiés à la détente, bars et boîtes de nuits, et enfin les résidences privées17.

28La banque, site de travail principal d’Alexandre, sera le premier lieu évoqué dans le flash back. Par un récitatif, le lecteur apprend que l’histoire se déroule au siège de la BGCI, mais il doit attendre neuf planches et le cartouche « 4 mois plus tard » pour décrypter le sigle en « Banque générale de crédit et d’investissement ». Dans les scènes d’intérieur, la décoration et les objets revêtent un rôle fondamental. Tous les décors sont particulièrement soignés, avec une grande richesse de détails et d’éléments signifiants.

29La typologie des bureaux est à décrypter comme le reflet symbolique de la position hiérarchique des personnages. Dès la première vignette du flash back, Alexandre est situé dans son statut et son cadre professionnels. Son bureau est très banal, de dimensions réduites et cette étroitesse sera confirmée par un étonnant tour à 360° opéré en sept vignettes. Les couleurs sont ternes, passées, insignifiantes, un ordinateur de bureau des années quatre-vingt permet de dater la scène, tout comme les téléphones filaires. Le désordre relatif qui y règne correspond à une activité intense, des dossiers occupent toutes les étagères, parfois ouverts ou posés en une pile instable à côté d’un dérouleur de scotch, des feuillets encombrent le bureau, un tiroir est resté ouvert, un post-it est collé sur l’écran de l’ordinateur. Un fauteuil à roulettes en toile et à dossier bas complète le mobilier.

Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak

©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.

30Pour son premier emploi, Minez travaille quant à lui dans un open space, mais arrivé à la BGCI, il ne semble occuper aucun bureau. Suite à sa promotion, Alexandre occupe un nouveau bureau, plus grand, aux murs ornés de moulures. Un ficus agrémente la pièce, une lampe est posée sur la table de travail, une tasse à café remplace le gobelet en plastique qui se trouve maintenant sur le bureau de Cathy, symbole d’une position subalterne. Le bureau est bien rangé, les dossiers parfaitement alignés, probablement par son assistante. Le fauteuil change, reste l’ordinateur. Le bureau d’Alexandre est situé à côté de la fenêtre, perpendiculairement à celle-ci, pour recevoir la lumière mais aussi pour faire face à celui de Cathy, placé dans une diagonale qui leur permet de se voir et se parler : il s’agit bien d’un lieu dédié au travail. Au fur et à mesure que la tension monte, la pièce devient de plus en plus encombrée. Ce lieu pourtant fermé par une porte n’est toutefois pas protégé et mademoiselle Fontaine y entre en l’absence de son occupant pour un audit. Le bureau immense du directeur est révélé progressivement, en dix-sept vignettes qui offrent toutes des angles de vue ou cadrages différents. Lorsqu’il est assis à sa table de travail, Saint-Hubert tourne le dos à la fenêtre, ce qui tend à prouver que cette pièce ne sert qu’à recevoir et impressionner ses interlocuteurs. Les fauteuils en cuir possèdent des dossiers hauts dans la partie « salon » et pour Saint-Hubert, des dossiers plus bas pour les invités, des moulures ornent les murs, la surface de la grande et magnifique table de travail n’est ternie par aucun dossier, un sous-main recueille de rares papiers. De nombreuses statues antiques ornent la pièce, la transformant en musée, signe d’une passion onéreuse et peut-être d’une volonté de puissance.

Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak

©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.

31Lors de la deuxième convocation d’Alexandre, d’autres marqueurs sont révélés : un stylo qui ressemble à un Montblanc, des tableaux aux lourds cadres dorés, un épais tapis. Contrairement au bureau de Sancier et à celui d’Alexandre, aucun dossier ou objet faisant penser concrètement à l’activité professionnelle n’est visible et la pièce semble n’avoir qu’une fonction d’apparat. Le bureau de Sancier se situe dans une catégorie intermédiaire, seuls quelques éléments en sont révélés : quelque peu désuet, il est encombré de classeurs, orné de tableaux de piètre qualité et de fleurs séchées, on y aperçoit une calculette, un porte-stylos et une sacoche noire ; il nous semble refléter une position intermédiaire entre le premier bureau d’Alexandre et celui de Saint-Hubert et est dédié au travail. L’investisseur Michel Bonnefond n’apparaît jamais dans un bureau, mais alternativement dans une salle de réunion, sur une terrasse ou devant une fenêtre d’un étage élevé, dans les villes phares de la finance internationale (à New York, vraisemblablement dans les tours jumelles, et à Londres, face à Tower Bridge), signe probable du caractère insaisissable et manipulateur du personnage.

32Les couloirs laissent apercevoir les beaux volumes de l’immeuble de style haussmannien, les colonnes de marbre, les hauts plafonds faisant écho à ceux de la Bourse. Le couloir est un autre lieu symbolique, de passage et de rencontres informelles, voire de coup de foudre ou de conflit : Sancier y lance un sombre avertissement à Alexandre tandis que Sylvie Fontaine y scelle le pacte diabolique qui déclenche la chute inexorable d’Alexandre. Le couloir mène enfin à la machine à café, où se retrouvent les employés situés au bas de l’échelle et où Alexandre aborde Marion.

33Les toilettes, pièce rarement utilisée dans les fictions, constituent un autre lieu stratégique, permettant tout à la fois de s’isoler et de socialiser. Alexandre s’y rend pour se rajuster avant de rencontrer le directeur de la banque et y repasse en sortant du rendez-vous, pour y laisser éclater sans témoin sa satisfaction : une première vignette montre le jeune homme de profil gauche, le visage inquiet, les lèvres serrées, resserrant son nœud de cravate ; la seconde vignette le dévoile souriant dans le miroir, avant-bras levés et index pointés en avant en signe de satisfaction. Cet entretien déterminant avec Saint-Hubert, qui enclenche la machination, est étrangement encadré par ces deux scènes dans les toilettes. Lieu isolé, elles peuvent être le cadre de fortes disputes : Alexandre y entraîne de force Thierry Minez pour régler un différent. Après un moment de forte tension à la Bourse, il s’y rend pour vomir.

  • 18 Cette expression a été utilisée par Nathalie Raulin, dans son article intitulé « Le peuple des hurl (...)
  • 19 Le dessinateur, Erik Juszezak, a expliqué s’être appuyé sur le véritable code des opérateurs boursi (...)

34Le Palais Brongniart apparaît dès la couverture avec un prolongement sur la quatrième de couverture. Son architecture symbolise la puissance, accentuée par le recours à des effets de plongée ou contre-plongée. Lors de la première apparition de ce lieu, un récitatif précise son nom. Si la célèbre corbeille n’est pas représentée puisqu’elle a été démontée en 1987, le dessinateur donne une représentation très fidèle de ce qui se passe sur le parquet, avant le passage à des échanges totalement informatisés en 1998. Une très belle vignette propose en arrière plan une vue extérieure du bâtiment, en très légère contre-plongée et lui superpose une série de neuf vignettes de dimensions différentes montrant les traders en action : on y voit les gestes codifiés, les cris, les calepins, les téléphones « du peuple des hurleurs18 ». Le moment pourrait sembler silencieux vu l’absence de bulles : en réalité, il est assourdissant par l’accumulation des personnages, des gros plans, très gros plans ou plans rapprochés et variations rapides entre plongées et contre-plongées. Les gestes et mimiques des personnages vont, dans ce contexte, jouer un rôle extrêmement important. En effet, l’activité sur le parquet se fonde sur une gestuelle particulière des négociateurs, que l’on voit dans plusieurs vignettes, les bras levés et les paumes ouvertes vers l’extérieur pour signifier qu’ils vendent, vers l’intérieur pour acheter, ou encore les doigts tendus19.

Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak

©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.

35Le poste équipé de téléphones et d’ordinateurs, installé dans les travées de la Bourse depuis l’informatisation du CAC, est le second lieu de travail d’Alexandre souvent représenté face à son écran. Sur son bureau trônent aussi un mug, arborant un smiley et une calculatrice à rouleau, permettant d’imprimer les calculs.

36La rue va revêtir une importance particulière, et s’il est banal de dire qu’elle est lieu de passage, de transition, de cheminement, cela est particulièrement vrai ici, puisqu’elle permet, chaque jour, de passer d’un lieu professionnel à l’autre et d’y échanger des informations. Nous voyons tout d’abord nos protagonistes place de l’Opéra, dans le quartier des sièges des grandes banques, ce qui situe précisément nos traders dans le contexte parisien. Mais la rue est aussi l’endroit où l’on peut se procurer de la drogue, retrouver discrètement quelqu’un voire être assassiné comme le sera par exemple Sancier lorsqu’il essaiera, au tout début de la série, de transmettre à Alexandre les documents devant permettre de le disculper.

37Les lieux liés à la vie sociale, bars et boîtes de nuit, jouent un rôle essentiel. Dès le premier soir, avant même d’être vus à la Bourse, les deux amis nous sont montrés au Knight Club dont ils sont des habitués. Dans ces clubs, ils fêtent les promotions, se détendent après des journées particulièrement éprouvantes, avec pour certains une consommation excessive d’alcool et de drogue. La plupart des personnages fréquentent les mêmes lieux, Alexandre retrouve par hasard Marion dans la boîte de nuit mais leurs supérieurs hiérarchiques ne s’y compromettent pas. Les bars accueillent les conversations que les personnages veulent mener avec une certaine discrétion, Alexandre y invite ainsi la journaliste qui souhaite l’interviewer.

  • 20 À partir du second tome, les personnages ayant changé de fonction et parfois de position sociale, n (...)

38Étrangement, le passé d’Alexandre ou en tout cas les objets liés à ce passé sont effacés : l’appartement qu’il occupe avant sa rencontre avec Marion n’est pas montré, les scènes de vie privée se déroulent toutes dans l’appartement de sa compagne, où il est difficile de repérer ce qu’il aurait apporté. Rien ne correspond aux images de richesse que l’imaginaire collectif associe au trader. Une invitation chez la mère d’Alexandre permet de montrer l’appartement modeste où il vécut mais dans lequel le lecteur ne repère toutefois aucun objet ayant pu lui appartenir. Cet appartement est par ailleurs situé dans une banlieue où l’on croise encore des 4 L, modèle populaire des usines Renault datant du tout début des années soixante20.

Conclusion

  • 21 Voir sur ce point Matthieu Letourneux, op. cit.

39La chute d’un trader présente une image très riche, précise et complexe du trader, jouant sur la présence de deux personnages, Alexandre et Thierry Minez, qui portent chacun des caractéristiques, qualités et défauts différents alors qu’ils ont vécu une enfance en commun. Le premier, blond, est un personnage solaire : attaché à sa famille, homme fidèle qui ne se résout à tromper sa compagne que sous la pression d’un odieux chantage, travailleur et respectueux de sa hiérarchie. Mais, par naïveté et confiance mal placée, il accumule les malversations financières, finissant en prison pour fraude et meurtre. Le second, brun, double sombre du précédent, porte tous les excès et s’adonne à tous les vices : tabac, alcool, drogue, relations multiples, expériences sadomasochistes. Rouage important de la machination, il est convaincu de tout contrôler, trahit son ami d’enfance par vénalité, mais n’est au final qu’un pion manipulé et un personnage typique de la fiction populaire sérielle21.

  • 22 En 2008, les ventes du premier tome avaient atteint 25 000 exemplaires, ce qui correspondait alors, (...)

40Le trader est ici parfaitement resitué dans un contexte professionnel et social vraisemblable, son activité ne sert pas à installer un décor séduisant mais porte solidement l’intrigue et contribue à faire connaître le milieu boursier au grand public. Cette série a ainsi séduit les professionnels, comme l’explique Pierre Boisserie : « A priori, ça a bien marché car nous avons eu un super retour des gens du milieu qui ont accroché à l’histoire et qui nous ont confirmé que ça se passait de la façon dont on l’a écrite. » mais le grand public a également été séduit, ainsi qu’en attestent les ventes22.

41Au-delà de ses qualités indéniables de thriller financier, cette série – fiction ancrée dans un cadre vraisemblable – apporte un éclairage fouillé et équilibré sur le monde réel de la finance parisienne à la fin des années quatre-vingt. Au-delà du complot qui le tient en haleine, le lecteur découvre précisément certaines opérations et plusieurs aspects techniques de l’activité boursière, les multiples acteurs intervenant dans ce domaine ainsi que les contacts pouvant exister entre monde de la finance, milieux politiques et éventuellement crime organisé. Les positions et le travail de la presse spécialisée ne sont pas oubliés. Cette mise en scène du monde de la finance ne vise aucunement à en stigmatiser les acteurs ou les mécanismes mais prétend montrer les dérapages pouvant découler des ambitions et des faiblesses des hommes. Nous ne saurions chercher une dénonciation virulente et définitive de la finance dans cette série qui, d’après Philippe Guillaume, « […] montre qu’il faut un haut degré d’éthique ou de déontologie pour traiter des affaires à la Bourse » dans la mesure où elle est « […] pédagogique et ne critique pas les mécanismes financiers mais ceux qui les dévient. » (Picaud). Le trader, réel ou de papier, évolue dans un milieu clos, et le pouvoir qu’il croit posséder ne lui vient que de sa hiérarchie et non de ses propres fonctions. Ce microcosme impitoyable, où le pouvoir est enivrant, amplifie les effets pervers d’ambitions dévorantes et autorise les pires excès, si aucun contrôle n’est exercé ou si les niveaux hiérarchiques en charge des contrôles ne respectent ni éthique, ni procédures. À travers cette bande dessinée, le monde de la finance apparaît comme un monde où seule la méfiance peut sauver, un monde fait de tensions constantes, d’enjeux parfois incompréhensibles, en équilibre instable, pouvant à tout moment provoquer des pertes et des chutes.

42Nous ne pouvons alors exclure un constat désabusé, puisque seule une utilisation machiavélique de montages financiers permettra à Alexandre devenu Christopher Dantès de réaliser sa vengeance. Sa chute constitue pour Alexandre un parcours d’apprentissage de l’âme humaine et des mécanismes financiers qui lui permettra de mener à son terme une vengeance implacable, en retournant contre les financiers leurs propres armes, se jouant de la cupidité de ces hommes et éclairant d’un autre jour l’affirmation de Sancier : « Confier autant de responsabilités à un jeune homme aussi inconsistant relève de la pure inconscience. »

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pierre Boisserie, Philippe Guillaume (scénario), et Erik Juszezak (dessin), Dantès, Dargaud,
La Chute d’un trader (2007)
Six Années en enfer (2008)
Le Visage de la vengeance (2009)
Pour Solde de tout compte (2010)
Le Complot politique
(2011)
L’Affrontement final (2012)

André, Jérémy, « ‘Dress codes’ des entretiens en finance : ce qu’il faut (et ne pas) faire », 15 novembre 2013, http://news.efinancialcareers.com/fr-fr/155542/dress-codes-des-entretiens-en-finance-ce-quil-faut-et-ne-pas-faire/

Denoyelle, Corinne, « Réflexions sur le métier de scénariste de bande dessinée ». Mis en lignele 3 décembre 2006, complété le 18 décembre 2006, http://pierre.campion2.free.fr/denoyelle_bd.htm. Consulté le 5 mai 2014.

Destraz, Camille, « BD et finance : une fusion gagnante », Bilan, 1er novembre 2011 ; version en ligne, http://www.bilan.ch/articles/finance/bd-et-finance-une-fusion-gagnante (Consulté le 20/10/2014).

Hassoun, Jean-Pierre, « Le Surnom et ses usages sur les marchés à la criée du Matif », Genèses 4/ 2000 (no 41), p. 5-5.

Hazera, Jean-Claude, « L’économie-fiction », Les Échos, 29 juin 2007. http://www.lesechos.fr/29/06/2007/LesEchos/19950-509-ECH_l-economie-fiction.htm (Consulté le 10 décembre 2014.)

Jasor, Muriel, « Code vestimentaire : les canons de la rentrée », Les Echos, n° 20504, 8septembre 2009, http://www.lesechos.fr/08/09/2009/LesEchos/20504-044-ECH_codevestimentaire---les-canons-de-la-rentree.htm (Consulté le 22 mai 2014.)

Letourneux, Matthieu, Le Roman d’aventures, 1970-1930, Limoges, PULIM, « Mediatextes », 2010, 457 p.

Martin-Mercier, Sylvie, « Fraude, sexe, alcool et drogue : langue et discours de spécialité face aux transgressions professionnelles et sociales dans la bande dessinée financière franco-belge », ILCEA [en ligne],19/2014 ; http://ilcea.revues.org/2428Revues

Pelletier, Benjamin, « Déshabillons le code vestimentaire ! », 11 janvier 2001. http://gestiondes-risques-interculturels.com/risques/deshabillons-le-code-vestimentaire/ (Consulté le 22 mai 2014.)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Petit, Michel, « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité », ASp [En ligne], 23-26, 1999, p. 57-81, http://asp.revues.org/2325 (Consulté le 23 mars 2014.)
DOI : 10.4000/asp.2325

Picaud, Manuel F., « Entretien avec Philippe Guillaume », propos recueillis en juillet 2008, présentés et introduits par Brieg F. Haslé et Manuel F. Picaud, 24 septembre 2008, Auracan.com, http://www.auracan.com/Interviews/interview.php?item=185 (Consulté le 23 mars 2014.)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Reyns-Chikuma, Chris, « La BD d’affaires en France, une autre exception française ? L’exemple de Largo Winch », Neophilologus, 2009, 93, p. 43-57.
DOI : 10.1007/s11061-008-9128-6

Richard, Xavier, « Pierre Boisserie : Dantès est le scénario qui m’a demandé le plus de boulot », 9 février 2008, ActuaBD, http://www.actuabd.com/Pierre-Boisserie-Dantes-est-le-scenario-qui-m-a-demande-le-plus-de-boulot (Consulté le 22 mai 2014.)

Haut de page

Notes

1 Une nouvelle saison a été lancée avec un septième tome, Poison d’ébène, sorti en septembre 2013 et un huitième, intitulé Vérités toxiques, publié en septembre 2014.

2 Jeune trader de 24 ans, d’origine modeste, Nick Leeson intervient sur le marché des produits dérivés à Singapour. Des fonctions de front et back office lui ont été confiées, sa réussite initiale lui ayant valu la bienveillance de sa hiérarchie qui semble n’avoir exercé aucun contrôle sur ses opérations et notamment sur l’ouverture d’un compte d’erreur qui devait permettre à Leeson de dissimuler des pertes.

3 Jean Van Hamme, Philippe Franck, Largo Winch, 18 tomes à ce jour, Dupuis, 1990. Un dix-neuvième tome est annoncé pour novembre 2014. Voir notamment Reyns-Chikuma, Chris, « La BD d’affaires en France, une autre exception française ? L’exemple de Largo Winch », Neophilologus, 2009, 93, p. 43-57.

4 Stephen Desberg, Bernard Vrancken, IR$, 14 tomes, 1991-2012, Le Lombard.

5 Stephen Desberg, Dominique Hé, Secrets bancaires, 8 tomes, 2006-2009, Glénat.

6 Richard Malka, Andrea Mutti, Section financière, 4 tomes, 2006-2009, Vents d’Ouest.

7 En 1999, Michel Petit définit les ouvrages relevant de la FASP (Fiction à substrat professionnel) comme des thrillers élaborés à partir d’un « substrat professionnel » tant pour l’intrigue que « dans la langue et le discours » et rédigés par des professionnels du domaine mis en scène (médecins, avocats, juristes, financiers, etc). Voir Michel Petit, « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité », ASp [En ligne], 23-26, 1999, p. 57-81 ; http://asp.revues.org/2325 (Consulté le 23 mars 2014.)

8 Quelques épisodes de Secrets bancaires et de Section financière se déroulent en France. Entre janvier et avril 2014, L’Express a publié sur son site Lakaf affole le CAC, aventures loufoques d’un trader qui désorganise le système financier en spéculant sur le radis (scénario de Nicolas Rouvière, dessins de Skoda). En ligne, http://www.lexpress.fr/culture/livre/feuilleton-bd-lakaf-affole-le-cac_1311911.html (Consulté le 25 mai 2014.)

9 Philippe Sabbah, Tristan Roulot, Patrick Hénaff, Hedge Fund. Des hommes d’argent, Paris, Le Lombard, 2014.

10 Cette série comporte ainsi des liens évidents avec le roman d’aventures. Voir Matthieu Letourneux, Le Roman d’aventures, 1870-1930, Limoges, PULIM, coll. « Médiatextes », 2010, 457 p. et Jean-Yves Tadié, Le Roman d’aventures, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2013, 224 p. Nouvelle édition [1ère éd., Paris, PUF, 1982].

11 Cet article est né d’une communication présentée lors d’une journée d’études intitulée La fiction à substrat professionnel (FASP). Dix ans après, organisée par Shaeda Isani, à l’Université Stendhal – Grenoble 3 les 8 et 9 juin 2009. Pour une lecture des transgressions langagières, professionnelles et sociales, nous renvoyons notre lecteur à Sylvie Martin-Mercier, « Fraude, sexe, alcool et drogue : langue et discours de spécialité face aux transgressions professionnelles et sociales dans la bande dessinée financière franco-belge », ILCEA [en ligne, 19/2014 ; http://ilcea.revues.org/2428Revues

12 Peu d’études ont été consacrées en France à la fiction des affaires ou business fiction. Ces études ont souvent été élaborées dans le cadre des recherches portant sur la fiction à substrat professionnel et s’intéressent à des corpus anglo-saxons. Nous renvoyons notre lecteur à Mireille Hardy, « Business FASP : un genre impossible ? », ILCEA [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 20 septembre 2010, consulté le 07 décembre 2014. URL : http://ilcea.revues.org/925 et à Michel Van der Yeught, « Le substrat professionnel dans Wall Street, le film d’Oliver Stone », ASp [En ligne], 45-46 | 2004, mis en ligne le 13 février 2010, consulté le 07 décembre 2014. URL : http://asp.revues.org/848 ; DOI : 10.4000/asp.848.

Voir aussi, pour les corpus français, Christian Reyns-Chikuma, « Roman d’entreprise : un style français pour la fiction d’affaires », Neohelicon, 36, 2009, p. 271-282 ; « La fiction d’affaires en France : de la fiction anti-affaires à l’anti-fiction d’affaires », Neophilologus, 38, 2014, p. 61-76 et « La fiction d’affaires, une autre exception française ? 99 Francs de Frédéric Beigbeder », Contemporary French and Francophone Studies, 2008, vol. 12, p. 455-462.

13 Le dress code UBS a été mis en ligne sur le site du journal suisse Le Temps et est consultable à l’adresse suivante : http://www.letemps.ch/rw/Le_Temps/Quotidien/2010/12/09/Culture%20&%20Societe/ImagesWeb/Dresscode_F.pdf. Il a fait l’objet d’une longue série d’articles parus pour la plupart entre la mi-décembre 2010 et fin janvier 2011, en particulier sur les quotidiens et hebdomadaires les plus connus : La Tribune, Le Figaro, Le Nouvel Obs, The Telegraph, Le Huffington Post pour n’en citer que quelques-uns.

14 Erik Juszezak s’est exprimé à plusieurs reprises sur ses recherches pour rendre avec grande justesse la frénésie de l’activité en Bourse : « Il fallait en effet montrer en même temps le timing et les actions qui se passent. On a discuté avec Pierre pour qu’on ait une image simple et immédiatement identifiable, qui donne cette rythmique et cette tension. Ma principale trouvaille, si on peut dire, a été, pendant les grands moments d’effervescence à la Bourse, de faire des gros plans sur les mains, les visages etc. Au départ, j’avais commencé à faire de grandes cases, où on voyait une foule, le tableau géant de la Bourse. Malgré l’énorme travail, l’impact était quasiment nul. Et je me suis dit que c’était plus intéressant de faire des cadrages plus serrés pour montrer ces scènes de fébrilité. » Voir « Entretien avec Erik Juszezak. ‘Dessinateur de BD est un magnifique métier !’ », propos recueillis par Manuel F. Picaud en août 2008, présentés et introduits par Brieg F. Haslé et Manuel F. Picaud, Auracan.com, http://www.auracan.com/Interviews/86-interview-entretien-avec-erik-juszezak.html. Consulté le 19/10/2014

15 Les traders tendaient plutôt à dire « j’ai ».

16 Les auteurs fournissent aux lecteurs non-initiés une définition du « compte d’erreur », qui est un « compte ouvert par un établissement financier pour enregistrer les erreurs d’exécution résultant des erreurs que cet établissement a réalisées pour le compte de tiers ou son compte propre. Ce compte ne doit pas être utilisé à d’autres fins et doit être apuré dans les meilleurs délais » (« Petit lexique boursier à l’usage des néophytes », dans La Chute d’un trader, op. cit., p. 57).

17 Dans les volumes suivants, les lieux de socialisation tels les grands restaurants comme Le Doyen et les golfs, mais aussi les somptueuses villas personnelles, prendront une place de premier plan en raison du changement de statut de nombreux personnages.

18 Cette expression a été utilisée par Nathalie Raulin, dans son article intitulé « Le peuple des hurleurs chassé du Palais. Le MATIF, ultime marché du palais Brongniart, passe au tout numérique », Libération, 29 mai 1998. http://www.liberation.fr/economie/1998/05/29/le-peuple-des-hurleurs-chasse-du-palais-le-MATIF-ultime-marche-du-palais-brongniart-passe-au-tout-el_237438 (Consulté le 30 novembre 2014.)

19 Le dessinateur, Erik Juszezak, a expliqué s’être appuyé sur le véritable code des opérateurs boursiers : « [g]râce à Philippe, j’ai pu utiliser une sorte de glossaire boursier de gestuelles de la main. […] Du coup, tous les gestes dans la BD sont parfaitement justes. », « Entretien avec Erik Juszezak », op. cit.

20 À partir du second tome, les personnages ayant changé de fonction et parfois de position sociale, ne seront plus vus dans les mêmes endroits. Les villas privées, grands restaurants et golfs deviennent les principaux lieux de rencontre.

21 Voir sur ce point Matthieu Letourneux, op. cit.

22 En 2008, les ventes du premier tome avaient atteint 25 000 exemplaires, ce qui correspondait alors, selon Philippe Guillaume, aux meilleures ventes d’un premier album de série tant pour Pierre Boisserie que pour Erik Juszezak (Picaud, 2008). Trois ans plus tard, en 2011, 40000 albums avaient été vendus (Destraz, 2011). Pour le tome 5, un tirage de 32000 exemplaires fut d’emblée prévu. Néanmoins, en 2011, les 150000 exemplaires écoulés (Destraz, 2011) restaient bien en deçà des ventes d’autres thrillers financiers, comme Largo Winch qui comptait plus de 11 millions d’albums vendus ou IR$ qui dépassait un million et demi d’exemplaires achetés la même année. Voir Céline Deluzarche, « Les meilleures ventes de bandes dessinées en 2011 », JDN, 27/01/2012. http://www.journaldunet.com/economie/communication/classement-bd/largo-winch-mer-noire.shtml Voir aussi sur le site Actua BD « Les 20 ans (ou les 37 ans) de la marque Largo Winch », 7 janvier 2011. http://www.actuabd.com/Les-20-ans-ou-les-37-ans-de-la (Consulté le 30 novembre 2014.) Dans les semaines qui suivent leur sortie, les albums de notre série figurent régulièrement dans les dix meilleures ventes d’albums de bande dessinée en France.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak
Crédits ©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.
URL http://belphegor.revues.org/docannexe/image/596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak
Crédits ©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.
URL http://belphegor.revues.org/docannexe/image/596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak
Crédits ©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.
URL http://belphegor.revues.org/docannexe/image/596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak
Crédits ©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.
URL http://belphegor.revues.org/docannexe/image/596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Dantès, la chute d’un trader, Guillaume Boisserie, Erik Juszezak
Crédits ©DARGAUD, 2014. Avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditions Dargaud.
URL http://belphegor.revues.org/docannexe/image/596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Martin-Mercier, « Dantès, La Chute d’un trader : un exemple de représentation du trader dans la bande dessinée », Belphégor [En ligne], 13-1 | 2015, mis en ligne le 02 juin 2015, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://belphegor.revues.org/596 ; DOI : 10.4000/belphegor.596

Haut de page

Auteur

Sylvie Martin-Mercier

Université Grenoble Alpes – ILCEA4

Haut de page

Droits d’auteur

© LPCM

Haut de page
  • Logo Littératures populaire et culture médiatique
  • Revues.org