Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Fabrice Leroy, Barry Jean Ancelet. Tout Bec Doux: the Complete Cajun Comics of Ken Meaux and Earl Comeaux

Lafayette, La: University of Louisiana at Lafayette Press, 2011, xxxv, 400 p. ISBN: 978-1-935754-08-4
Katherine Howlett
Référence(s) :

Fabrice Leroy, Barry Jean Ancelet. Tout Bec Doux: the Complete Cajun Comics of Ken Meaux and Earl Comeaux. Lafayette, La: University of Louisiana at Lafayette Press, 2011, xxxv, 400 p. ISBN: 978-1-935754-08-4

Texte intégral

1Au mois d'août 1969, le journal de Kaplan en Louisiane lance la bande dessinée Bec Doux et ses amis. Pendant une vingtaine d'années, cette bande hebdomadaire dépeint la vie quotidienne des habitants d'une communauté francophone dite "cajun" en Louisiane. Tout Bec Doux: The Complete Cajun Comics of Ken Meaux and Earl Comeaux rassemble toute la collection de Bec Doux et ses amis dans un seul volume.

2Bien que les personnages parlent en français, Bec Doux apparait dans un journal anglophone, avec un public à grande majorité anglophone. En conséquence, le texte français sera toujours accompagné de sa traduction en anglais. Cette traduction permet à tous les lecteurs de suivre les propos en dépit de leur méconnaissance éventuelle de la langue française. En général, la traduction se trouve en bas des panneaux et ne nuit pas à la compréhension ni à la présentation du scénario.

3Bec Doux et ses amis est une bande dessinée destinée à faire rire tous les membres de la famille. Comeaux (texte) et Meaux (illustrations) puisent surtout dans l'univers domestique pour créer l'humour. Les personnages principaux, Bec Doux (le beau parleur) et Zirable (l'indésirable) sont souvent sur scène avec leurs femmes, Chère et Pas Belle et leurs nombreux enfants. Les bandes affichent également les activités préférées de Bec Doux et de Zirable. Ils adorent la cuisine cajun, en particulier le gumbo et le boudin, la chasse aux canards et de temps en temps, ils aiment prendre un verre (de trop). L'esprit vif du personnage éponyme motive plusieurs des plaisanteries tandis que les bouffonneries de son acolyte sont amusantes et inoffensives. La collection contient également quelques blagues avec la belle-mère dans le rôle principal.

4Par ailleurs, ces bandes mettent en valeur plusieurs aspects du caractère cajun tel que perçu par les auteurs. Par exemple, Comeaux et Meaux évoquent le côté légèrement superstitieux des cajuns lors des quelques visites chez le médecin ou le dentiste. La ruse face aux autorités se manifeste dans les interactions de Bec Doux et Zirable avec la police ou le garde-chasse. Plusieurs bandes contiennent également des références culturelles particulières, comme la fête de la Bastille de Kaplan ou les plages les plus fréquentées des cajuns.

5Par le biais de leur bande dessinée, Comeaux et Meaux offrent à leur communauté une représentation de leur propre société. Ces bandes dessinées permettent aux cajuns de se reconnaître mais également de se faire connaître par les non-cajuns, c'est-à-dire la grande majorité de la société anglophone de la Louisiane. En évitant un discours portant sur les souffrances du peuple cajun, les bandes dessinées de Meaux et Comeaux permettent une ouverture vers la société majoritaire. Vidée du pathos du Grand Dérangement et de ses suites, la bande dessinée se développe sur un ton plus léger. Les plaisanteries de Bec Doux manifestent souvent une qualité auto-dévalorisante qui ne fait qu'augmenter leur charme.

6Les travaux critiques de Fabrice Leroy et Barry Jean Ancelet qui figurent en exergue de la collection sont utiles dans la mesure où ils analysent les aspects linguistiques et culturels retrouvés dans les bandes dessinées. Ces deux textes expliquent chacun à sa manière la progression dans le type de scenario humoristique présenté dans les bandes dessinées. Dans les premières années, Comeaux et Meaux ont puisé plus souvent dans le folklore pour ensuite privilégier les observations sociales.

7Ancelet et Leroy fournissent également le contexte linguistique essentiel au lecteur qui s'intéresse à l'importance de cette collection pour la littérature francophone de la Louisiane. Ils nous rappellent que la publication de Bec Doux et ses amis a lieu au tout début de l'époque de la revendication linguistique du français en Louisiane. À la fin des années soixante, le français est une langue peu valorisée. Tandis que les partisans du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL) fondé en 1968, encouragent l'apprentissage du français standard, un autre groupe, plus diffus, vise également la préservation de la langue cajun. Un survol rapide de la collection de Tout Bec Doux indiquera que Comeaux et Meaux font partie de ce deuxième groupe. Ils cherchent à rendre par écrit les qualités particulières de l'accent, des locutions verbales, de la sonorité et de la syntaxe du français cajun. Dans leurs commentaires, Leroy et Ancelet décrivent les efforts de Comeaux à cet égard et constatent que les stratégies qu’il a employées devancent certaines de celles développées par la suite par les linguistes.

8Toutefois, le souci linguistique, tel que représenté par la nature bilingue de la bande dessinée et la représentation de la variété du français cajun, ne représente qu'une des singularités de Bec Doux. Comeaux et Meaux ont réussi à créer des personnages cajun qui vivent dans le monde contemporain de la Louisiane. Sans aborder les questions politiques et linguistiques de l'époque ou celles du passé, Comeaux et Meaux nous amusent avec leurs observations sociales de la communauté francophone de la Louisiane. Cependant, il est évident que la comédie des mœurs relève de l'universel et non du particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katherine Howlett, « Fabrice Leroy, Barry Jean Ancelet. Tout Bec Doux: the Complete Cajun Comics of Ken Meaux and Earl Comeaux », Belphégor [En ligne], 11-1 | 2013, mis en ligne le 29 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://belphegor.revues.org/255

Haut de page

Auteur

Katherine Howlett

Dalhousie University

Haut de page
  • Logo Littératures populaire et culture médiatique
  • Revues.org